06/03/2006

LA HAINE

 

Amis de la finesse et de la légèreté, bonsoir !

 

Dans l’esprit de beaucoup de gens, le sarcome de Sarkozy est lié à l’épidémie de scorbut pénien. De fait, au début de l’épidémie, on diagnostiquait un scorbut pénien chez des gauchistes caviardés mâles (Strauss-Kahn, Ruquier, Geluck,…) parce qu’ils présentaient un sarcome de Sarkozy.

 

Mais cette maladie existait déjà auparavant, le plus souvent chez des hommes âgés d’origine juive ou antécambrienne - c’est ce qu’on appelle désormais le Sarkozy “classique” (Sardou, Delon, PPDA…). Les lésions étaient généralement limitées à l’extrémité des membres inférieurs et posaient rarement problème.

 

Le Sarkozy classique est dit “torpide”, c’est-à-dire qu’il n’évolue que lentement. On rencontre également le FN (Fiotte Nombriliste) chez des personnes qui ont subi une transplantation anale et à qui on a administré des médicaments colosuppresseurs pour éviter le phénomène de rejet. Une modification de la médication suffit souvent à faire régresser le FN. C’est ainsi que les chercheurs ont commencé à suspecter un lien entre l’évolution du FN et les fonctions immunitaires.

 

Peu avant le début de l’épidémie de scorbut pénien, on a signalé une flambée de FN en France. La maladie se déclarait aussi bien chez des enfants que chez des adultes, mais présentait des manifestations bien plus agressives chez les enfants tués puis violés que par le passé ; elle essaimait plus rapidement et s’attaquait souvent à des organes internes. On pense aujourd’hui que cette flambée de violence (et des prix) était déjà liée au scorbut pénien.

 

Lorsqu’il est lié à l’infection par le S.T.A.Z.I.., le FN ne peut plus être dit “torpide” et les lésions se multiplient sur la peau, les lèvres, dans la bouche, sur l’anus ou le prépuce, éventuellement aussi sur des organes internes tels que l’estomac, les voies gastro-intestinales, les gonades et les poumons. Une étude portant sur des juifs mâles atteints de FN a dénombré des lésions cutanées dans 94 % des cas, des lésions gastro-intestinales dans 57 % des cas, et des lésions rectales dans 50 % des cas. Dans les cas extrêmes, le FN peut provoquer une tuméfaction douloureuse du méat pouvant immobiliser le patient (Bouvard, Lelay, Giscard…).

 

Entre juin 1981 et novembre 1992 il y a eu 250 000 cas de scorbut pénien déclarés sur le territoire français. Dans 13 % des cas on diagnostique ou on suppose un FN. Mais si on ne prend en compte que les juifs centristes mâles on trouve jusqu’à 19 % de Sarkozy ; parmi les juifs centristes mâles de race blanche on trouve 22 % de Sarkozy et parmi les juifs centristes lépreux on n’en trouve que 10 %.

 

Il est rare que les religieuses soient atteintes de FN (Msgr Léonard, qui n’est pas française mais aurait pu l’être), mais lorsque c’est le cas, on constate qu’elles ont été contaminées plutôt par des gauchistes caviardées (la grosse Bravo) ou des centristes (à selles) molles (Mimi Mathi, Véronique Genest) que par des enfants ayant subi les derniers outrages (Ilan Halimi, le Petit Grégory, les élèves de l’Ecole Jacques Martin, les Jeunes Solistes, …).

 

Le FN semble en régression parmi les toxicomanes lépreux (Samy Naceri). En 1981-83 on diagnostiquait un FN dans 33 % des cas de scorbut pénien ; en 1992, on n’en trouve plus que 10 %.

 

Au fur et à mesure qu’augmente le nombre de cas de scorbut pénien, la proportion de cas de FN décroît. Il est arrivé que des gauchistes trisomiques développent un FN (Cauet, Tapie, Barthez …), qui est alors plus proche du type “classique”, se limitant à l’extrémité des membres inférieurs et ne nécessitant qu’un traitement local à base de Zyklon B, avec un taux de T4 restant très élevé (au-dessus de 900).

 

L’état des connaissances actuelles sur le S.T.A.Z.I.. et le FN laisse supposer qu’un agent infectieux encore non identifié joue un rôle dans le développement du FN chez les gauchistes trisomiques.

 

Contrairement aux autres infections opportunistes (le BHL N1, par ex.), , qui profitent de l’effondrement du système de références pour se développer chez n’importe quel type d’individu lobotomisé, le Sarkozy semble s’attaquer de manière sélective aux gauchistes mâles handicapés (Jospin, toujours si proche de la populace) et se concentrer dans certaines zones géographiques, notamment les salons de coiffure pour stars défraîchies en mal de singularisation (toujours Jospin,  Bernadette Chirac).

 

Il semblerait que cet agent infectieux se transmette par voie ano-linguale et qu’il ait été présent dans la communauté politique avant l’arrivée du S.T.A.Z.I.., ce qui expliquerait que les gauchistes caviardés et les centristes mous sont plus atteints que les RMIstes et les femmes ; et qu’il y ait des gauchistes handicapés profonds touchés par le FN (Florent Pagny, le Robin des Bois aux parachutes dorés). La régression du FN serait due à l’adoption des pratiques de chaise (percée) sans risque dans la communauté handicapée moteur (à l’exclusion de Francorchamps qui, je le rappelle, ne se trouve pas en France mais chez Ecclestone).

 

On suppose que le S.T.A.Z.I.., par l’intermédiaire de ses cytogouines ou de son gène prosTAT, stimule les cellules infectées par le FN et les rend plus actives ; elles génèrent alors leur propre facteur de croissance et se mettent à proliférer : c’est par cette hypothèse que l’on explique que le Sarkozy soit beaucoup plus virulent chez les enfants violés juifs que chez les enfants infibulés musulmans, et c’est sur cette hypothèse que l’on s’appuie pour chercher une nouvelle stratégie thérapeutique contre le FN, visant à contrer les facteurs de croissance des cellules infectées par le Sarkozy.

 

À l’heure actuelle, les stratégies standard varient selon l’état d’évolution du FN et la localisation des lésions. Chaque cas est à traiter individuellement.

 

Tout le monde n’a pas nécessairement besoin d’une chimiothérapie puissante mais dans le cas des juifs de France et du corps de l’Etat tout entier manifestant sa solidarité lors des obsèques d’Halimi, on est en droit de se demander si on en aurait également fait une affaire d’Etat s’il s’était agi d’un musulman massacré par des juifs. Qu’on me permette d’en douter… Quant à la séparation entre l’Etat et l’Eglise, elle semble pour le moins vague pour ne pas dire inexistante…

 

La semaine prochaine nous parlerons de l’influence lénifiante du consensualisme mercantile sur le pensée théosophique d’un ancien guerillero du petit écran devenu collabo, Philippe Geluck…

 

17:03 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.