26/02/2006

APOCATASTASE DE L'HOMME QUI CHANTE

 

A mi-chemin entre une activité indiscrète des facultés de connaissance et une passivité oublieuse de la Croix du Christ et un rien présomptueuse,

José Happart ondoyait de la méditation himmlérienne à l’oraison thérésienne,

A la recherche de quelque sombre Première Cause,

Sans doute à l'origine de certains égarements péniens

Et autres saillies poudroyantes mais passablement encombrantes

Ce qui amena, non sans une certaine dérision, l’homme politique qui chante

A se distancer de l'orthodoxie mécanique de la scolastique,

Selon lui à l’origine de la sclérose en plaques tectoniques,

Très hostiles, il est vrai, au rationalisme théosophique de Sœur Emmanuelle

Mais encore une fois, tout cela ne nous rendra pas Breendonk

Ni Militis, d'ailleurs...

 

 

18:56 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2006

INTEGRISME AVIAIRE ET MICTION BINCHOUE

Bon. Nous sommes actuellement confrontés à deux problèmes d’envergure : les musulmans intégristes et terroristes qui font gicler les ambassades de pays abscons et qui brûlent les bandes dessinées comiques parce qu’ils sont furieux de ne pas avoir compris le gag...

 

  1. Définitions

 

Qu’est-ce que l’islamisme ? Une grande majorité de bons musulmans de base naïfs manipulés par des agitateurs sous le couvert du Coran qu’ils interprètent à leur manière afin de réaliser leurs desseins qui n’ont bien souvent rien à voir avec la religion mais servent plutôt leurs intérêts personnels.

 

Qu’est-ce que la grippe aviaire ? La crainte relayée par les médias et hommes politiques, même s’ils s’en défendent, d’une pandémie hypothétique car pendant qu’on parle de cela, on passe sous silence les motifs de fâcherie.

 

  1. Remèdes

 

Que peut-on faire contre la grippe aviaire ?

Etant donné qu’il s’agit surtout de peurs imaginaires et de rumeurs amplifiées, pas grand-chose. Mais on pourrait peut-être s’en servir pour combattre l’islamisme qui commence à nous les briser menu menu.

 

L’idée est simple et calquée sur une méthode qui a fait ses preuves au Moyen-Age : contaminer l’ennemi. Si jadis on balançait des carcasses d’animaux atteints de la peste, on peut très bien envoyer aujourd’hui des volailles mortes de la grippe aviaire dans les bastions ennemis.

 

Avons-nous des volailles en Belgique ? Oui, mais on les mange, donc ça ne va pas, parce qu’on aurait faim et moi, quand j’ai fin, je mange.

D’où question suivante : avons-nous des volailles qu’on ne mange pas et qui ne servent donc à rien ? Oui :

 

  1. Les poulets

 

 Mais encore faut-il trouver des poulets qui ont l’habitude de travailler en sous-marin, c’est-à-dire rompus aux opérations d’infiltration en territoire ennemi. C’est très simple : ces animaux pullulent à Molenbeek. Il suffit donc d’inoculer le virus de la grippe aviaire aux flics de Molenbeek et de les catapulter dans les foyers d’intégrisme à travers le monde et nous ferons ainsi d’une pierre deux coups en nous débarrassant de deux maux à la fois, parce que n’oublions jamais qu’un flic, ce n’est pas une vraie personne mais juste un leurre destiné à nous tromper pour mieux nous matraquer quand nous relâchons notre vigilance. D’ailleurs, David Vincent les aurait vus…

 

Nom de code de l’opération : Brigade Moureau

 

  1. Les Gilles de Binche

 

Ben oui, un Gille ça a des plumes, c’est con, inutile, ça mange des saloperies a des heures indues et en plus, c’est bruyant. Il s’agirait d’ailleurs de se demander pourquoi le gouvernement wallon n’a encore pris aucune mesure en matière de nuisances sonores à ce sujet. Bah, Francorchamps a sans doute ses raisons que la raison ignore… (En matière de nuisances sonores ET olfactives, ce passionnant circuit se pose par ailleurs un peu là…).

 

Or donc, une deuxième solution serait de catapulter en toute discrétion des Gilles de Binche contaminés dans les foyers du fondamentalisme rampant. A ce sujet, il est toujours bon de rappeler qu’aux côtés de l’Iran, de la Syrie, de l’Arabie Saoudite et de la Flandre, les Etats-Unis sont un des pays les plus fondamentalistes au monde, même s’il s’agit d’une religion différente…D’ailleurs, un Gille catapulté n’a pas besoin de passeport biométrique. Maintenant, si on n’a plus de Gille sous la main, un sosie de Ronny Coutteure peut toujours faire l’affaire…

 

Nom de code de l’opération : Quand passent les faisans

 

Et si ça ne marche pas, hé bien on peut toujours se rabattre sur une Solution dite Finale consistant à envoyer des canadairs remplis d’urine de Gilles aviairement grippés au dessus des pays précités…

 

Nom de code de l’opération : Porte ouverte à la Miction

 

On le voit, il est donc inutile de céder à la panique puisque ne nous ne sommes pas dépourvus face aux menaces et autres nuisances grevant le budget de notre beau pays.

 

Mais quand même, qu’est-ce que ça peut être con un Gille, surtout quand ça saute…

17:36 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/02/2006

SHEITAN !!!

 

Un big thumbs up à SHEITAN !!!

 

À la vision de ce film, impossible de ne pas penser à Massacre à la tronçonneuse ou à Délivrance, deux incunables seventies dont il est le fils bâtard (c’est le cas de le dire) au même titre que Calvaire ou Détour Mortel (si! si!). Le pitch est assez poilant : confronter des jeunes des banlieues adeptes de la taffe, de la biture et de la castagne à des dégénérés de la France profonde qui vivent en quasi autarcie.

 

Vincent Cassel, qui produit le film, réussit ici une interprétation complètement hallucinée et hallucinante en " chef de clan " à la recherche de quelque chose pour une naissance prochaine qui aura lieu la nuit de Noël et qui, rassurez-vous, ne sera ni chrétienne ni solennelle.

 

C'est bien simple : on reste scotché à son siège pendant tout le film, qui devient de plus en plus hystérique jusqu’à son climax qui parvient à éviter le syndrome chiatique du " ce n’était qu’un rêve ", plombant pas mal de productions frileuses, en le faisant sien pour le mieux le retourner. Sheitan est un de ces films ovni trop rares qui attestent de l’existence d’un cinéma autre, à l’instar de Calvaire, Atomik Circus ou encore Aaltra dans un registre différent. Amateurs de ce cinéma-là et pas des productions ricaines lénifiantes de Jerry Bruckeimer, Michael Bay ou Roland Emmerich, ruez-vous dans les salles car il est à parier qu’il ne restera pas longtemps à l’affiche, de par son caractère trop dérangeant pour notre société bien-pensante et coincée des gonades et ses scènes particulièrement barrées.

 

Qu'on castre une fois pour toutes l'insipide Jean Reno, un des pires acteurs français (avec Christian Clavier) depuis Bernard Menez, aussi inexpressif que Lee Majors et Richard Gere en train de copuler (il est même mauvais dans les pubs où il apparaît), et réservons une standing ovation à Vincent Cassel, un des acteurs les plus complets du moment, qui, à l’instar de Laurent Lucas, n’a pas peur de se risquer dans des petites productions de genre complètement déviantes et sans fort potentiel commercial !....

 

Vous voilà prévenus… Alors si vous êtes du genre à vous pignoler sur les Bronzés ou Michael Youn, surtout évitez ce film et repassez-vous en boucle l'intégrale de Julie Lescaut en une tentative désespérée pour découvrir le sens profond de l'urêtre de Véronique Genest, une autre grande artiste…

09:48 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/02/2006

ORAISON FUNEBRE DE GUY MATHOT

Tout vient à point à qui sait attendre, comme le disait si justement le Père Damien qui n’en n’espérait pas tant sur Molokai. Or donc, notre bon Guy Mathot a quitté cette vallée de larmes, c’est-à-dire Seraing. Celui par qui tout est arrivé, qui a été impliqué dans toutes les malversations possibles, improbables voire hypothétiques s’en est toujours sorti blanchi, tel un sépulcre purulant sous le soleil. Nul doute que si sa santé le lui permettait, il serait de toutes les parties génitales. Mais las, contre toute attente, l'Homme persiste à rester mort.

 

Rappelons-nous les hauts faits de l’Homme:

L’implosion du piano électrique de Willy Claes et sa prestation légendaire d’OTAN en emporte le vent;

Cools rongeant ses racines de pissenlits;

L’excision anale de la Reine-Mère, d’où son haleine quelque peu chargée lors des cocktails mondains dans les Serres de Laeken;

Le morceau du Suaire de Thurin découvert dans les sous-sols du Delhaize d’Alost, avant les tueries du Brabant;

Les ballets roses avec l’Abbé Borremans sans tutu;

Le coup de grisou du Bois du Cazier (et qu’on ne me dise pas que ce sont des dauphins qui sont à l’origine du désastre, comme je l’ai si souvent entendu);

La transformation du fort de Breendonk en parc d’attractions pour enfants ayant contracté la mérule;

La salmonelle, l’amiante et l’époisse découverts dans maints logements sociaux du Borinage;

La disparition soudaine et mystérieuse des speakerines et d’Arlette Vincent en particulier de la surface du globe télévisuel;

Les partouzes frénétiques sur le Picardie, devant les yeux embués de reconnaissance de Christian Barbier;

La dioxine retrouvée dans les déjections des Gilles de Binche;

Ses safaris confidentiels en Thaïlande pour faire l’amour au ciel immense (notez que je dis la Thaïlande comme ça, j’aurais pu dire la Slovaquie…) ;

Les soi-disant suicides d’Hermann Goering et de Ronny Coutteure qui ne seraient pas sans lien;

La parisianisation, le consensualisme, la provoc bon ton et l’embourgeoisement de Geluck sur certains plateaux gauchos caviardés et gay-friendly (ce dernier cas servirait uniquement à faire tendance...);

L’implantation grotesque et malavisée de houblon transhygiénique sur les terrils de Motril;

Ses relations d’abord chaloupées puis franchement houleuses avec Anne-Marie Lisier;

Des tirades burlesques telles que “N’appelez pas la police, ces types-là sont des flics” ou  “Un flic n’est pas une vraie personne” (bien que, dans ce dernier cas, QUI pourrait lui en vouloir ?...);

La chasse aux phacochères à Ronquières avec les Frères Happart sur le Plan Incliné (il faut dire qu’ils avaient quelque peu forcé sur la bouteille);

L’infibulation artificielle du Prince Philippe afin de l’empêcher de faire son coming-out;

D’étranges sondes anales retrouvées sur la surface de Mars révélant la présence tout aussi inappropriée de pots de vin sur la planète rouge;

Dans le même registre, l’envoi d’intercommunales wallonnes vers l’infini et au-delà;

Sa présence sur Ground Zero le DIX septembre, ce qui est pour le moins curieux quand on sait que les travaux d’excavation n’avaient pas encore commencé à cette date;

Et j’en passe et des meilleures, pas non plus piquées des hannetons, comme le disait si bien Soeur Sourire (Cystite Sister pour les intimes) qui, vers la fin de sa vie, ne put s’empêcher de se lancer dans de singulières envolées lyriques quant au système digestif du raptor, ce qui nous éloigne de notre sujet... Ou vraiment ?

 

Même si les enfants ne devraient pas jouer avec des choses mortes, nous sommes bien d’accord,  il est cependant temps, même avec un peu de retard, de respecter la morale des temps en rendant un hommage juste mais bon aux hauts faits d’armes de l’Homme et ce, par le biais d’une oraison funèbre que j’ai voulue audiardesque, ce qui sied parfaitement à la nature burlesque du personnage...

 

ORAISON FUNEBRE DE GUY MATHOT

 

LE BON GUY, DIT GROS BARON, DIT CHERUBIN, DIT FABIOLA, DIT LE BON DOCTEUR, DIT LE SYCOPHANTE GLAIREUX ET DANS CERTAINS MILIEUX, CONNU SOUS LES DOUX SOBRIQUETS DU MOUREAU DE BÉTHUNE, DE LA COUPEROSE, DE LA BABELUTTE OU ENCORE DU COQ WALLON A SELLES MOLLES,

S'EST DISPERSÉ AUX QUATRE VENTS DU DIABLE VAUVERT… POUR UTILISER UNE LOCUTION QUELQUE PEU MOINS COURTOISE MAIS PLUS IMAGÉE, IL A CANNÉ.

 

GRAND AMATEUR DE NONNETTES EN TUTU, L’HOMME ASSOUVISSAIT SES INAVOUABLES PASSIONS POUR LE BOIS D’ÉBÈNE DANS UN BOUIC SÉRÉSIEN MAIS FAISAIT AUSSI DANS LE SOCIAL AVEC LA CONSTRUCTION DE TERRILS-JARDINS REGORGEANT DE CACHES POUR FILLES-MÈRES LÉPREUSES QUOIQUE GÉRONTOPHILES.

 

L’HOMME A BEAUCOUP VÉCU : IL A CONNU LA GRANDE PALMERAIE DE MOTRIL, LE CRI DE L’ARCHIMANDRITE DE DROIXHE, LE LISIER D’ANNE-MARIE (LA ROSEMONDE OU LE SPÉCULUM HYSTÉRIQUE POUR LES INTIMES), MAIS AUSSI LES DÉLINQUANTES JUVÉNILES DE CORONMEUSE, AVEC UNE PETITE BRICOLE PAR-DESSUS, COMME QUI DIRAIT UNE CREME VAGINALE RENVERSÉE, VOIRE LE TEMPLE D’ANGKOR OU ENCORE LA KB LUX.

C'ÉTAIT SÉRÉSIEN, COÛTEUX, MAIS SÉRÉSIEN.

 

CHARGÉ A LA MAGNUM, TEL UN GRAND FAUVE EN KIMONO, IL SE LA JOUAIT PRÉPUCE TUMESCENT AVEC DES BELLES DE CONCOURS.

 C’ÉTAIT BEAU COMME UNE CRECHE, CA SENTAIT LE SAPIN, C'ÉTAIT TOUS LES JOURS NOËL…

C’EST QUAND MEME PAS DU MOU DE VEAU UN ANGELOT ET EN PLUS, ÇA VOLE…

 

MAIS L'ABUS NUIT EN TOUT. L'EXCÈS AÈRE,

VENTILE, POUR NE PAS DIRE VOLATILISE : ON COMMENCE À VOULOIR INTÉGRER LE VOLUME AU RELIEF, ON SE LA JOUE GRAND SEIGNEUR, ON N’A PLUS SA TETE, ON SE LA FAIT PRÉTENTIARD, ON FAIT LE MALFAISANT!

 

PUIS UN JOUR, ON A LE TIROIR A SAUCISSES TRUFFÉ DE VALDAS. ON SE RÉPAND SUR DES JOUISSANTES. ON GLISSE SUR DES ALBANAISES AU DÉJEUNER. ON MORFLE DES STERPUTES!

 

AUJOURD’HUI, LE BON GUY NOUS A QUITTÉ, NOUS LAISSANT DES TERRILS-JARDINS AUSSI BEAUX QUE LE CASTRA BORAIN, AUSSI FIERS QUE LE PIGEON MALTAIS, AUSSI RACÉS QUE L’AGUSTA A PLUMAGE MORDORÉ DU MATO GROSSO.

 

MAIS CRIONS BIEN FORT QUE L’HÉRITAGE DE    GUY MATHOT N’EST PAS MORT!

CAR MON BON GUY, LES PANZERS SONT AUX PORTES DE LA VILLE, LE TOCSIN SONNE DANS LA LÉPROSERIE, ÇA TURGESCE SEC CHEZ LES PORTE-FLINGUES…

 

DES HORRIBLES, DES CADORS, DES PÉPÈRES DEPLOIENT LEURS GONADES VERS TON TRÉSOR DE GUERRE… DES HOTUS QUI ONT LE PÉNIS VENGEUR ET L’ANUS SÉCULIER… TELLE LA VIEILLE BUSE HUTOISE GUETTANT SA PROIE SUR LES MINARETS SÉRÉSIEN, ILS VONT TRAVAILLER TA GARDE RAPPROCHÉE A LA MÉDIÉVALE POUR CHOURRER LA JONQUAILLE.

C’EST QUAND MEME BEAU L’ART MÉDIÉVAL ET EN PLUS, ÇA RIME…

 

EN UN MOT, ILS VONT UN PEU GICLER, TES COUSINS DE PROVINCE !!!!!!

20:30 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/02/2006

 BIERSETS SATANIQUES

Or donc, je m'en voudrais de ne pas apporter ma modeste contribution contre cette censure grotesque et puante frappant les journaux et journalistes qui publient des images satiriques de Mahomet. Trop c'est trop! Aussi, malgré les interdictions figurant dans les textes sacrés, les opprobres, quolibets et menaces dont je suis l'objet, j'ai décidé de publier un montage caricatural d'un ministre wallon.

La photo parle d'elle-même...

22:39 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

C'EST AVANT TOUT UN PROBLEME ISLANDAIS...

*      Je voudrais faire du kayak sur les eaux sombres mais nonobstamment chambrées des fosses d’aisance de Breendonk…

*      Je voudrais être un nain touffu sudoripant à tue tête des airs d’opérettes hitlériennes.

*      Je voudrais pouvoir contempler le spectacle d’une beauté fulgurante d’éboueurs islandais en tutu rose.

*      Je voudrais de mes oreilles ébahies odoriférer les fragrances exotiques et néanmoins suaves de troupeaux de Boulis recouverts de smegma scandinave.

*      Mais cependant, j’aimerais par ailleurs et aussi violer les mastabas mortifères de nos rois et reines gay-friendly dont les exploits d’huissier ont été chantés par un barde étrusque aujourd’hui tombé en désuétude mais qui, selon la légende, sous un ciel immense, hanterait toujours les back-rooms ertébéennes quand l’alignement des planètes est juste mais bon.

*      Et aussi : pouvoir un jour, ne fusse qu’une seule fois, apercevoir un court instant l’indicible ruminescence de Jean Gol qui, tapi dans sa tombe cyclopéenne au fond des océans, rêve et attend.

*      Avoir le don de bilocation afin de faire en même temps mon coming-in and –out de l’urêtre émancipée de Mathilde, belle et souveraine malgré une union contre nature avec un eunuque assez unique en son transgenre.

*      Contribuer au réchauffement climatique par l’utilisation accrue d’énergies fossiles en installant des fabioliennes fonctionnant avec les propres déjections de la Reine-Mère et excrétant des gaz à effet de serre de Laeken.

*      Voyager hardiment là où personne n’est encore allé, sauf Msgr Léonard et Bob Denard (ce qui n’est pas sans rimer mais qui nous éloigne de notre sujet), à savoir dans les interstices péniens des petits Zaïrois et autres familiers en voie de sous-développement.

*      Marcher dans la Basse-Sambre, coiffé d’un taupé mordoré, tout en humant l’odeur douçâtre exhalée par la couperosée du petit matin qui s’éveille et les ferrailleuses qu’on enfourne.

*      Détumescer dans les paturages de la Gaume libre où s’ébrouent gaiement des colonies de milquettes souffrant de lactation excessive et de dirupôse compulsive.

*      Rester en apnée juvénile jusqu’à être assailli de visions trépanantes de camerlingues turgescents en pleine ascension psychotique, ce qui n’est pas sans être écoeurant et fatal pour la foi.

*      Ensemencer des roturières sous éther sur les terrils de Motril.

*      Pratiquer des opérations à ciel ouvert sur des patients déambulatoires dans les palmeraies sourdes et inclinées de Ronquières.

*      Invoquer Vermifuge Rofocale et pratiquer une transvection sur une Ambassadrice Avon qui sent si bon.

*      Tenter une assomption négative en pratiquant des exorcismes à rebours sur de riches héritières

*      Passer des vacances de rêve dans une léproserie de Silésie qui manque cruellement de savon.

*      Là où vont mourir les derniers fans de Sœur Sourire.

*      Qui pour le Père Pire n’a voulu se dévêtir.

*      Ce qui, je le concède, eut été un rien excessif.

*      Ou peut-être pas.

*      Toutes autres choses étant égales par ailleurs…

22:31 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |