26/02/2006

APOCATASTASE DE L'HOMME QUI CHANTE

 

A mi-chemin entre une activité indiscrète des facultés de connaissance et une passivité oublieuse de la Croix du Christ et un rien présomptueuse,

José Happart ondoyait de la méditation himmlérienne à l’oraison thérésienne,

A la recherche de quelque sombre Première Cause,

Sans doute à l'origine de certains égarements péniens

Et autres saillies poudroyantes mais passablement encombrantes

Ce qui amena, non sans une certaine dérision, l’homme politique qui chante

A se distancer de l'orthodoxie mécanique de la scolastique,

Selon lui à l’origine de la sclérose en plaques tectoniques,

Très hostiles, il est vrai, au rationalisme théosophique de Sœur Emmanuelle

Mais encore une fois, tout cela ne nous rendra pas Breendonk

Ni Militis, d'ailleurs...

 

 

18:56 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.