11/10/2005

SCATOLOGOS

Les autoroutes de la désinformation implosent. Les badauds et bedeaux s'extasiant avec un ravissement morbide devant les accidentés de la route prennent soudainement feu. Des choses impies tapies depuis des temps immémoriaux au fond des fosses océaniques commencent à remonter lentement vers la surface. Les centres commerciaux diffusent le parfum du jour choisi pour vous et, par une ébouriffante ellipse que je ne m'explique pas moi-même, Louis Michel nous gratifie à la TV d'une envolée lyrique à ce jour inégalée, en claironnant qu'"un Commissaire européen se doit de toucher de la main et du cœur les plaies de ce monde." Et là, nous nous devons de nous effacer, stupéfaits, muets et émus devant tant de beauté poétique et de surréalisme mondain. Devant cet art consommé et aussitôt excrété d'enfoncer les portes ouvertes par cet imposant gabarit gastro-intestinal. Il y aurait pourtant bien mieux à faire pour occuper ses soirées d'hiver.

Par exemple, Robert Dehoux, auteur fameux du "Zizi sous clôture inaugure la culture", antilibraire quand les librairies vendent des "ouvrages" et autres "œuvres" des Bouvard, Drucker ou Ruquier, antiphilosophe quand la philosophie médiatisée est réduite à sa plus simple expression (BHL), est à ses heures boucheur de serrures de banques, magasins de manteaux de fourrures et autres déjections nauséeuses du néolibéralisme rampant et ce, au moyen d'allumettes coupées dans le sens de la longueur.

Personnellement, je pencherais pour des actions encore plus surréalistes, telles que la création de magasins spécialisés dans la vente de vêtements entièrement confectionnés à partir de poils pubiens de politiciens et de jetsetters, que l'on boucherait ensuite au moyen de spéculums (fourrés ou pas) coupés dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Mais cela n'engage que moi…

On pourrait d'ailleurs penser aussi à boucher les pots d'échappement des 4X4 et autres Humvees conduits bien sûr exclusivement par les homoncules décérébrés que nous croisons tous les jours. Mais ce qui est certainement déjà bouché, au vu de leurs gesticulations constipées et autres logorrhées, c'est le nid d'amour (puisque ce sont des enculés) de nos édiles, aussi appelé fondement, avec pour navrante conséquence qu'ils ne peuvent déféquer que par la bouche, d'où leur constante diarrhée verbale, expression du fondement (le même que le précédent) de leur pensée unique... Quant au bon Louis, je le verrais bien publier un recueil d'apophtegmes politico-burlesques dont lui seul a le secret.

Et pour en savoir plus sur Robert qui, tout en bouchant les conduits excrémentiels de notre société soi-disant multiculturelle et polyglottale, parvient à déboucher nos cerveaux amorphes et anesthésiés par une purge des plus salutaire, je vous invite à visiter ce fort bel endroit: http://lejournalmural.be …

Or donc, nonobstant ce qui précède même et surtout si le rapport est des plus elliptiques, allez donc jeter un œil à un autre beau site classé et néanmoins musical où, pour une fois, les prix sont démocratiques et les joyeux organisateurs, fort propres sur eux et des plus sympathiques, ne sont pas mercantiles, que nenni non pas, ce qui ne se trouve pas sous le pas d'un cheval (ni du bon Louis, d'ailleurs): http://www.arlequin.net.

 



15:52 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.