31/08/2005

D'ICI-LA.....

L'enfer, là où se font et se défont les astres, est peut-être un silo rouillé enfoui très loin sous le sol d'une fosse océanique oubliée. Là où les éons et les néons hallucinent à en perdre haleine, où d'étranges et mystérieux colosses d'airain et de plomb fondu attendent. Par temps clair, on peut parfois entendre dans certains ascenseurs vétustes et répertoriés sur aucune carte le chuintement de la transvection, un mode de transport infernal plus guère usité de nos jours et nécessaire pour passer d'un monde à un autre, le pendant magique du websurfing sur un plan beaucoup plus vaste et tout aussi mathématique. Car la magie obéit elle aussi aux lois des mathématiques, quand on en comprend la signification profonde et surtout leur réelle utilité. Or donc, parfois, il nous semble percevoir les échos de quelque monde obsolète et poétique suppurant des interstices d'une cloison de tulle, d'une paroi de métal (le métal est en effet un bon conducteur) ou du tarmac flétri de routes secondaires aujourd'hui abandonnées. Nous prend alors l'envie de tout abandonner pour aller n'importe où mais hors de ce monde en se glissant par les fissures acérées d'un passage qui demeure introuvable, toujours en mouvement dans l'espace et le temps et foncièrement aléatoire. Il nous faut alors prendre garde aux choses mauvaises et mortes depuis trop longtemps qui peuvent, quand les conditions leur sont propices, ouvrir un autre passage, un trou dans le continuum espace-temps vers une dimension de pur chaos où tout n'est qu'électricité, foreuses en rotation perçant la chair pour toujours et à jamais, colonnes de corps consommés et régurgités, assomptions négatives, infrasons spasmodiques de marées biliaires projetant les reliefs de quelque repas obscène sur de vénéneuses falaises. Un endroit où il fait bon vivre et élever ses enfants. C'est une question de libre-arbitre. Le mal est un choix. Les camps de d'extermination nazis, soit l'enfer sur Terre, sont la résultante de l'application de ce principe immanent aux bouchers humains. L'enfer est en nous, inscrit dans nos gênes. Les textes sacrés semblent indiquer le contraire, le décrivant comme un état extérieur à l'humanité. Et si ces deux visions étaient compatibles, tels deux donneurs monstrueux de sang vicié? S'il existait, sur un autre plan de la réalité, un Enfer physique, un univers de bestialité d'une pureté resplendissante qui serait la synthèse, la quintessence organique des atrocités humaines, celles-ci ayant engendré un univers physique en constante expansion ??? Et s'il prenait l'envie à des scientifiques déments de trouver la porte ouvrant sur ce monde d'absolue cruauté dans un but inexplicable si ce n'est l'attrait de la recherche pure, démente dans sa pureté et parfaite dans sa démence ? Que se passerait-il alors ? Le gouvernement Bush se lancerait-il à l'assaut des Enfers ou reconnaîtrait-il ses pairs et concluerait-il une alliance infernale? Imaginons alors un instant ce que serait la réalité: un beau matin d'été, vous ouvrez la radio qui ne diffuse ni news ni musique mais seulement du bruit blanc. Et soudain retentissent des chœurs abjects et le vrombissement suraigu et assourdissant de perceuses à têtes chercheuses fouillant la chair putréfiée des damnés maintenus en vie jusqu'à la fin des temps. Quoi alors ? Nous serions éternels mais le libre-arbitre, vecteur des tendres rameaux de l'innocence, aurait disparu, les Anges s'en seraient allés, nous laissant seuls face à nos âmes souillées. D'ici-là…


15:26 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ecriture automatique , d'accord! Ce fatras me semble nécessiter un solide élaguage afin de le rendre digeste! Il faut un sérieux courage pour lire ce texte jusqu'au bout et en comprendre la finalité. En n'en retenant que le sens , c'est bourré de bonnes idées! Mais quelle confusion , quel enrobage inutile et laborieux!Je terminerai par un paradoxe : ce qu'on te reproche , conserve le précieusement : c'est toi! A suivre , donc...

Écrit par : lain rimon | 31/08/2005

Les commentaires sont fermés.