26/08/2005

BONNOT MANIFESTO

Dynamitons la réalité morne et insipide de notre quotidien en la contaminant par des propos burlesques, non-sensiques et délirants. Intégrons des choses licencieuses et complètement inutiles dans nos bases de données stériles. Commençons une discussion sérieuse et ma foi fort belle et glissons brutalement vers de longues digressions tout à fait hors sujet et parfaitement absurdes. Ponctuons nos discours d'onomatopées inutiles et de vides déstabilisants. Pratiquons donc une forme d'activisme qu'on pourrait assez pompeusement qualifier de terrorisme burlesque. Envoyons des mails grotesques, des sms abscons, voire abstrus, qui ne font rire que nous-même.

Car là réside toute la beauté du geste: il ne s'agit pas d'essayer de faire rire les gens comme essayent vainement de le faire ces piètres comiques télévisuels (Pirette, Herman, l'Embrouille, Taloches, Leeb) dont le rôle avoué ou pas, conscient ou pas est de contribuer à un abrutissement des masses et donc de les priver de toute forme de jugement et à fortiori de choix (politique, culturel, …), mais bien au contraire, par le biais de ces absurdités verbales, écrites, anales et autres, il s'agit d'échapper à ce monde figé voulu par nos énarques et les pères de leurs pères, maintenu et renforcé par les médias et la pub, et de s'évader dans une hyperréalité surréaliste et baroque, dans un réalisme magique que ne désavouerait probablement pas Karel Degrelle…

Ecrivons donc de grands poèmes mystiques sur Michel Drucker et son sous-marin nucléaire, des odes barbares à Lionel Jospin et à son smegma durci lui crispant la mâchoire, suppurons sur la contribution inestimable de Laurent Ruquier à la mécanique quantique, glosons sur l'influence de la tectonique des plaques sur les soubrettes boraines en rut, esbaudissons-nous du côlon rutilant d'Anne-Marie Lisier, aplatissons-nous béatement devant la bonhomie ancestrale de Guy Lemaire, le pittoresque philosophe sylvestre, rendons un hommage mérité quoique tardif à un des plus grands hommes politiques belges de son temps et d'après, Raymond Callemin et ses scarifications rituelles… Mais tout ça, étrangement, commence à faire désordre.

Alors, violemment mais le cœur empli d'une indicible tendresse, à l'instar du grand poète sumérien André Urbain dont les sagas immémoriales résonnent encore dans les profondeurs de nos cerveaux reptiliens, scandons d'étranges mantras neuroleptiques et claironnons d'une seule voix MON DIEU, QUEL BONHEUR INSOUTENABLE……JE……J'IMPLOSE D'ALLEGRESSE!!!!!

Et Jésus-Christ, de retour sur Terre pour son Deuxième Avènement, ayant écouté le premier set du coarborant et pontifiant deejay, se mit à pleurer, sortit un 357 Magnum à balles perforantes de son linceul, se l'enfonça dans l'anus et et et et et et et et pas de chance pour Lui, l'arme s'enraya alors que débutait le deuxième set…






16:00 Écrit par SON OF BLOG | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

De la poés... à l'entartrage virtuel à la pâtisserie bouseuse!J'AAAAAIIIMEUUUUUH!!!

Écrit par : lain rimon | 28/08/2005

EntartAge, très cher, entartAge; sinon merci, ça fait bien plaisir, par les temps qui courent et les pontifiantes enflures qui batifolent dans les bégonias.....

Écrit par : SON OF BLOG | 29/08/2005

Et l'entartAGE n'attend pas le nombre des ânées!!!

Écrit par : lain rimon | 31/08/2005

Les commentaires sont fermés.